Gawiyou Danialou

Bureau : de Léry A-2011

Téléphone : (450) 358-6777, poste 5752

Courriel : gawiyou.danialou@cmrsj-rmcsj.ca

Titre

Professeur adjoint

DANIALOU, Gawiyou
 

Cours

  • Évolution et diversité du vivant
  • Biologie humaine
  • Anatomie et physiologie humaine
  • Intégration des apprentissages en sciences

Diplômes

  • Post-doc sur la thérapie génique et la régénération musculaire (université McGill)
  • Doctorat en sciences de la vie et de la santé (Université Paris XII)
  • D.E.A en Physiologie et physiopathologie des appareils respiratoire et circulatoire (Université Paris XII)
  • Maîtrise en Physiologie-Pharmacologie (Université de Poitiers – France)
  • Maîtrise en sciences naturelles (Université Nationale du Bénin)

Expertises
  • Thérapie génique
  • Régénération musculaire
  • Inflammation
Publications

Le lien ci-dessous conduis à un site d'une entité non assujettie à la Loi sur les langues officielles. L'information sur ce site est disponible dans la langue du site.

PubMed

Intérets

Je suis actuellement impliqué dans trois principaux axes de recherches reliés au muscle squelettique. En effet, le muscle squelettique est le plus important des tissus chez les mammifères et représente 40 à 50% de la masse totale du corps. Le maintien de la masse musculaire squelettique est essentiel pour une bonne santé. En effet, les fonctions des muscles squelettiques comprennent le mouvement, la respiration et le maintien de la posture. Les muscles squelettiques sont de très importantes réserves de protéines qui peuvent être mobilisées pour fournir des substrats énergétiques alternatifs pour la préservation des organes vitaux tels que le cœur, le cerveau et le foie. Cette mobilisation des protéines du muscle squelettique conduit à une atrophie musculaire et a été observée dans certaines conditions physiologiques particulières telles que le jeûne, l’inactivité, le vieillissement et dans des pathologies comme le cancer. Trois systèmes régulent la mobilisation des protéines musculaires : les systèmes calpaïne, ubiquinine-protéasome et l’autophagie lysosomale. Des études récentes ont confirmé que l’autophagie joue un rôle essentiel dans ce processus de mobilisation. Il faut cependant noter que la recherche sur l’autophagie et la mobilisation des protéines musculaires est encore à ses balbutiements. Mon premier axe de recherche est le développement d’un programme recherche pour déterminer le rôle du Sucrose nonfermenting AMPK-related kinase (SNARK) dans la moblisation des protéines du muscle squelettique dans des situations critiques (jeûne, inactivité, vieillissement, maladies) et son mécanisme d’action. Mon deuxième axe de recherche s’intéresse à identifier les molécules impliquées dans la régénération musculaire afin de proposer des solutions pour une accélération de la régénération après blessure. Mon troisième axe de recherche vise à améliorer le transfert génique dans le muscle squelettique en utilisant des vecteurs non viraux.

Date de modification :